MANGER DÉVORER DÉGUSTER

L’incorporation de l’autre
ou comment l’oralité et la recherche de complétude fondent nos relations et nos sexualités ?!

Woody Allen, dans ses préoccupations philosophiques ajoute aux questions classiques qui suis-je ? Où vais-je ? « et qu’est ce qu’on mange ce soir ? » j’ajouterais ce que nombre d’hommes aimeraient alors exprimer souvent, « et quand est- ce qu’on baise ? »
Bien sûr il ne s’agit pas seulement de l’acte et de sa vulgarité, ni non plus du côté de ce qu’exprime cette citation de bouffer mais bel et bien de répondre à un principe de plaisir qui découle d’une recherche de sens, de mise en sens de nos pulsions et de nos actes.
Les médias y consacrent des articles, des numéros spéciaux etc parce que la malbouffe, comme la malbaise ont envahis non seulement nos écrans, nos modes mais aussi nos bilans de santé.
Il ne s’agit pas de trouver une bonne ou une mauvaise manière de se nourrir ou de faire l’amour mais bel et bien de lier les plaisirs en conscience, dans une volonté d’excellence, de modération et de raffinement pour accéder à quelque chose qui n’endommage ni la santé ni la psychée.
Ainsi, au même titre que la slow food apparaissent des mouvements de veggie du sexe, de slow sex, de no sex, soit des mouvements qui ont tous ce même but, celui de trouver le bon équilibre entre le trop qui rend malade et le pas assez qui prive et frustre.
Tout comme nous revenons d’une époque où l’on associait encore fornication à procréation et pitance à subsistance, nous revenons vers une envie de prise de conscience pour aller vers un plaisir plus intense ou un plaisir tout court parfois !

Jean-Claude Kaufman « l’homme est un animal cuisinant », c’est à dire que la fonction que nous avons de savoir sublimer nos aliments fait de nous des animaux sociaux et pensants, mais à quel dessein alors ?
Roger Dion, « L’homme […] aime le vin comme l’ami qu’il a choisi, par préférence non par obligation. Aussi l’histoire du vin est-elle, jusque dans ses expressions géographiques, plus fortement marquée d’arbitraire humain que ne le sont celle du blé ou celle du riz. »
Je vous propose un ouvrage simple, tout petit, facile à cuisiner, facile à déguster pour retrouver la sensorilité gustative.
Le principe est simple, vous ouvrez, vous vous imprégnez des recettes et des effets, et vous vous surprenez !!

Sachez qu’1 EURO sur les ventes est reversé à l’association Les Ami(e)s de l’échappée belle dans le but de faire fructifier un projet qui me tient vraiment à cœur :

« Chez Ailes », un lieu où se reconstruire pour s’envoler…

Merci si vous avez déjà soutenu de projet, de transmettre ce message autour de vous ! Grâce à vous il va se réaliser, enfin ! Nous sommes à plus de 50% de notre campagne, c’est encore possible ! Si tout chacune, chacun relance ces contacts….Au plus vite !
Je compte sur vous !

Manuelle Bornibus, présidente de l’association « Les Amis.es de l’Echappée belle »
https://chezailes.wixsite.com/chezailes
www.facebook.com/echappeebelle42

Alors, à vos yeux, à vos langues, à vos sens et votre bon sens!
Pour commander, vous pouvez me contacter ainsi que le Café des Augustes Clermont-Ferrand!
Prix indiqué : 15 euros

Élodie
Votre intimologue INTIMEMENT VOUS

About the project